Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | November 14, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

BMW i8

BMW i8

La sportive du futur

BMW ne disposait dans sa gamme ni d’une sportive à part entière (les versions “M” ne sont que des déclinaisons de modèles existants), ni d’une voiture purement écologique. Avec la i8 le constructeur munichois fait d’une pierre deux coups. Coup de maître ?

La lignée des “i” évoquée la première fois en 2008 avait pour objectif de réinventer la mobilité urbaine. Un an après, le concept BMW Vision Efficient Dynamics n’est en rien une citadine, mais une sportive qui propose une façon de rouler différemment et donne un sens à l’expression “Efficient Dynamics”. Pour la première fois, une voiture est développée en utilisant toute l’expérience de BMW en matière d’économie d’essence et d’émissions réduites, tout en lui ajoutant une dimension sportive justifiant le mot “Dynamic”. Car c’est bien là le tour de force de BMW : associer plaisir, sportivité et sensations à des mots très contradictoires comme calme, écologie et confort. La i8 a donc pour but de tout simplement révolutionner l’automobile plaisir.

BMWi8-DSC_8931

Le choix des ingénieurs se portera donc sur une motorisation hybride thermique et électrique. Mais la première chose qui saute aux yeux quand on regarde l’i8, c’est son allure de concept-car. D’ailleurs, du concept-car, la i8 a conservé la ligne et la plupart de ses détails. Cette ligne de supercar est le résultat d’une étude aérodynamique approfondie. Son museau de requin est censé fendre l’air, qui est ensuite dirigé vers des ailes arrière complètement ouvertes de façon à ménager un canal forcé au flux aérodynamique afin d’accroître l’appui à haute vitesse. Certaines disposent d’ailerons escamotables, d’autres dissimulent leurs atouts aérodynamiques au sein même de leur ligne. Avec la i8, le résultat est stupéfiant. Aucune courbe sensuelle, mais des détails semblant tout droit sortis d’un film de science-fiction. On retiendra particulièrement les inserts bleutés au niveau de la calandre, des bas de caisse et du bouclier arrière. Et aussi sa “Black Belt” (ceinture noire) signature des modèles i qui consiste en un design noir des éléments de carrosserie du capot avant à la partie arrière en passant par le toit. Le summum est atteint avec les magnifiques feux arrière dont l’ouverture centrale sert de diffuseur pour le flux aérodynamique qui vient de l’avant et enfin, cerise sur le gâteau, les portières papillon, symboles qui évoquent les supercar ou les voitures de course. Un détail souvent critiqué pour son côté m’as-tu-vu et carrément pas adapté à la vie quotidienne, mais BMW a pourvu la i8 de portes papillon bien conçues, peu encombrantes et relativement faciles à manier.

Le constat le plus évident est que personne ne peut rester indifférent devant cette Objet Roulant Non Identifié. D’ailleurs la i8 provoque des réactions éloquentes sur les visages des gens qui la croisent. La surprise se mêle à la curiosité et les téléphones portables ne tardent pas à fleurir autour de l’auto.

Le dessin de la i8 est dicté par la dimension technologique, innovante et sportive qu’elle évoque. Un leitmotiv que l’on retrouve aussi à l’intérieur.

BMWi8-DSC_8815

En ouvrant la porte en élytre, on découvre que l’accès ne sera peut-être pas aussi facile que dans la voiture de Monsieur Tout-le-Monde. On remarque aussi immédiatement la fameuse structure de l’habitacle en fibre de carbone dont certaines parties sont laissées apparentes comme à l’endroit du seuil de porte sur lequel vous devrez vous laissez glisser avant de pouvoir vous asseoir dans le fauteuil. Une contorsion qui nécessitera un peu d’entrainement.

Une fois en place, on retrouve une ambiance ultra moderne mélangeant cuir, plastique et aluminium. Quelques touches de “i Blue” se retrouvent avec les surpiqures, les ceintures de sécurité ou encore l’éclairage d’ambiance qui parcourt l’habitacle. L’ergonomie est bonne et on se sent étonnamment à l’aise grâce à l’espace disponible et à la clarté de cet habitacle. La finition est évidemment de haut niveau, tout comme le niveau d’équipement qui intègre tous les gadgets dernier cri. Voiture du futur oblige, l’instrumentation est entièrement digitale et symbolise les compteurs et autres informations dans un esprit très “vaisseau spatial”.

Le style est résolument moderne et l’ergonomie toujours aussi bonne.

Le style est résolument moderne et l’ergonomie toujours aussi bonne.

Avec la sellerie “carum grey”, l’atmosphère donne dans le minimalisme high-tech plus que dans le salon douillet. Mais avec ses 4,69 de long et 1,94 m de large, l’i8 n’est pas une petite sportive et en profite pour offrir deux places arrière de secours, comme une 911. Mais vu leur inconfort, ces deux places sont plutôt là pour compenser le minuscule coffre de 154 litres de la i8. Un coffre placé juste derrière le moteur qui aura tendance à chauffer ce que vous y rangerez. La i8 n’est certes pas la voiture la plus pratique qui soit, mais si c’est du pratique que vous cherchez la petite i3 pourrait bien vous combler. Bien sûr, ceci est une autre histoire.

 

La i8 est une sportive et c’est là-dessus que nous comptons bien la juger. Si son style vous a séduit, attendez de voir se qui se cache dessous. Et “dessous” est bien le mot. En effet, la i8 est conçue en deux parties. La structure de l’habitacle en carbone, appelée module Life et le châssis en aluminium intégrant un moteur électrique à l’avant et un moteur thermique à l’arrière, le tout relié par la batterie, appelé module Drive. Associez les deux et vous obtenez l’architecture LifeDrive de la i8. Une nouvelle génération de plateforme hybride offrant rigidité, légèreté et résistance. La i8 est donc hybride dans sa motorisation, mais aussi dans sa conception.

La motorisation de l’i8 est une prouesse technologique. Le moteur électrique avant qui n’agit que sur les roues avant développe 131 chevaux et offre un couple instantané de 250 Nm. Mais la véritable sensation se trouve à l’arrière, posée entre les deux roues : un 3 cylindres 1.5 turbo qui développe 231 chevaux et un couple de 320 Nm. Le même 3 cylindres que l’on retrouve maintenant dans les BMW d’entrée de gamme ou encore dans la nouvelle Mini. Evidemment, dans le cas de la i8, il a été joyeusement boosté par les ingénieurs maison.

A l’usage, la i8 dévoile plusieurs facettes, de la plus paisible à la plus sauvage. La première est évidemment rendue possible par le moteur électrique capable de déplacer la voiture dans un silence reposant pendant une trentaine de kilomètres et jusqu’à 120 km/h lorsque vous sélectionnez le mode eDrive. A ce moment là, la quiétude est absolue. Pas de bruit, pas de vibrations autres que celles de la route, le tout en conservant un niveau de performances sympathique avec des démarrages en trombe et une accélération soutenue jusqu’à 100 km/h. Et en bonus une consommation égale à zéro !

Les modes Confort et EcoPro permettent à la i8 de se comporter comme une hybride classique. La propulsion utilise les deux moteurs simultanément ou séparément en fonction de la demande du conducteur et de la charge de la batterie.

Enfin, le mode Sport, pour lequel il n’existe aucune touche mais qui nécessite d’incliner le sélecteur de la boîte vers la gauche, vous fera passer dans un autre monde. D’ailleurs une fois sélectionné, l’instrumentation passe du bleu reposant au rouge excitant… A ce moment là, la i8, qui semblait reposante et confortable, s’énerve d’un coup et réveille la bête qui sommeillait en elle. Tout d’un coup, le 3 cylindres change de sonorité. D’ailleurs on a du mal à croire qu’il s’agit vraiment d’un 3 cylindres de seulement 1499 cc. Sa sonorité caverneuse s’apparenterait plutôt à celle d’un V8. Un tour de force des ingénieurs car même si les sons du moteur et de l’échappement sont amplifiés dans l’habitacle par l’intermédiaire des haut-parleurs, ils ne sont en rien artificiels car même de l’extérieur la i8 a de la voix. Avec ce mode Sport, c’est le 3 cylindres qui prend le contrôle de la propulsion. Mais il est aussi aidé par le moteur électrique qui se met en action dès que votre pied écrase l’accélérateur. La boîte de vitesses se met aussi en mode sportif avec une réponse beaucoup plus directe et des rapports poussés jusqu’à la zone rouge. D’ailleurs le paradoxe veut que pour conduire sur le couple vous serez obligés de passer les rapports manuellement par l’intermédiaire des palettes au volant.

La suspension change aussi de paramètres pour se durcir et rigidifier l’ensemble de la i8. Si le roulis restait légèrement présent dans les autres modes, en Sport, la i8 vire à plat. La fermeté est accentuée et du coup le confort d’amortissement laisse place à l’efficacité.

La direction offre un bon contrôle et un retour d’informations plutôt précis. Mais compte tenu des pneus relativement étroits à l’avant et du poids induit par le moteur électrique, la i8 se veut un peu sous-vireuse. D’ailleurs si vous vous demandez pourquoi les pneus de la i8 sont si étroits comparés à ceux de ses concurrentes, sachez qu’ils permettent de limiter la friction et donc de réduire la consommation et la perte de puissance liées à la résistance au roulement. La motricité aurait pu en pâtir aussi mais n’oubliez pas que la i8 est en fait une traction intégrale. Elle peut varier la répartition du couple de 100 % à l’avant quand vous roulez sur l’électrique à 100 % à l’arrière quand seul le moteur thermique agit. Le reste du temps, l’ESP réparti la traction idéalement entre les deux essieux afin de conserver un contrôle optimal sur la i8.

Le seuil de porte imposant ne facilite pas l’accès.

Le seuil de porte imposant ne facilite pas l’accès.

Lorsque les deux mécaniques marchent simultanément la puissance totale atteint 362 chevaux et le couple est de 570 Nm. Des chiffres qui ne reflètent pas exactement le niveau de performance réel de la i8. Mais sachez que l’accélération en mode Sport ne prend que 4,4 secondes pour atteindre les 100 km/h. Les démarrages sont d’une rare efficacité grâce à la transmission intégrale et au couple du moteur électrique disponible à 100 % dès que vous appuyez sur l’accélérateur. Puis l’accélération mêle la force du moteur électrique et la hargne du bloc thermique qui adore foncer vers les sommets de la zone rouge tout en offrant une souplesse inattendue. Sauf que pour profiter des performances maximum vous devrez vous assurez que la batterie est bien chargée. Sinon, une fois la réserve électrique épuisée, seul l’extraordinaire 3 cylindres vous permettra d’avancer. Si les performances restent alors de haut niveau, une fois passée la barre des 200 km/h, la i8 réduira drastiquement sa capacité à accélérer. Mais ne vous inquiétez pas, au cas où vous vous feriez surprendre par une batterie déchargée, allégez un peu votre pied droit et le moteur thermique ainsi que le freinage travaillerons de concert pour la recharger plutôt rapidement. L’autre solution sera de vous arrêter et de tout simplement brancher votre i8 sur une prise. La recharge à 80% prendra moins de 2h si vous utilisez la WallBox proposée par BMW. Mais ne vous méprenez pas, la i8 peut très bien être utilisée sans jamais être branchée. Il vous suffira pour cela de contrôler votre utilisation de la batterie de manière à ce qu’elle se recharge suffisamment lorsque vous roulez. Evidemment, c’est avec une batterie chargée à fond que vous pourrez limiter au maximum la consommation.

BMWi8-DSC_8740

Pour en revenir aux performances, la i8 offre un châssis sain et profite de son poids contenu (moins de 1500 kg) pour conserver un dynamisme et une efficacité de vraie voiture de sport. C’est à haute vitesse que vous découvrirez l’incroyable aérodynamisme de cette voiture. Grâce aux canaux aménagés par les ailes et les feux arrière ajourés, l’appui obtenu est bluffant. Passé 210 km/h, la i8 est toujours aussi précise mais dévoile une stabilité à laquelle peu de voitures peuvent prétendre.

La i8 est donc hybride jusqu’au bout des ongles. Par sa mécanique, par sa conception, mais plus intéressant encore, par sa philosophie. Elle est capable de dévoiler deux visages aux antipodes l’un de l’autre. Le premier, celui d’une voiture écologique, confortable, calme et technologiquement avancée, le second, celui d’une véritable sportive, agressive, vivante, sonore et tout autant technologiquement avancée…

La i8 est bien un coup de maître ! Sa capacité à vous offrir un éventail très varié de caractères est unique. BMW a ainsi créé une voiture multi facettes. Enfin, sa conception ultra moderne en fait déjà la sportive du futur.

Plus :

Look incroyable

Prouesse technologique

Plaisir dispensé

 

Moins :

Accès à bord

Capacité de chargement

fiche-technique-i8

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.