Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Entrez dans la légende !

Entrez dans la légende !
admin
  • On August 23, 2013

La Harley-Davidson Sportster XL 883N Iron est l’entrée de gamme de la marque de Milwaukee. Une moto abordable qui vous fera entrer dans la légende motocycliste.

Dans le monde, il existe quelques marques mythiques dont la seule évocation suffit à déchainer les passions. Harley-Davidson en fait partie. Que l’on soit un adepte ou un fervent détracteur, impossible de rester indifférent devant un héritage aussi riche. Car, Harley-Davidson c’est bien plus qu’une marque de motos, c’est un mode de vie, un état d’esprit.

Quand on m’a proposé d’essayer une Harley-Davidson, j’étais ravi de pouvoir découvrir ce qui fait le succès de cette marque fondée il y a 110 ans et dont les modèles ont traversé toutes ces années en conservant le même look. Les détracteurs ne comprendront jamais comment des motos sorties tout droit des années 50 continuent à trouver preneurs encore aujourd’hui. Sauf que si le look est identique, la technologie a bien évolué. Les Harley sont des motos (relativement) modernes dont la technologie est dissimulée sous un style rétro.

La ligne Sportster, créée en 1957 pour contrer l’offensive anglaise menée principalement par Triumph, est aujourd’hui toujours la même. La gamme Sportster compte deux motorisations différentes : 883 cc et 1200 cc.

Le Sportster 883, c’est l’entrée de gamme chez Harley. Il s’agit clairement d’un modèle d’appel pour le constructeur américain : son rôle dans la gamme consiste à conquérir les motards non initiés à la marque sans les dérouter, pour tenter de les faire évoluer ensuite vers des cylindrées supérieures. Cette belle américaine, à la ligne intemporelle, est donc la moins typée des Harley : elle propose une position de conduite pas trop “pieds en avant” et offre juste ce qu’il faut de caractère moteur.

Du coup, lorsqu’on enfourche la selle monoplace, on est presque surpris de se trouver à son aise. La position est évidente, seulement gênée par la boîte à air qui oblige à écarter un peu plus la jambe droite. En fait, on est assis presque comme sur une chaise, avec les hanches et les genoux à 90°. Le guidon court tombe bien sous les mains et le buste reste parfaitement droit. La position est donc agréable malgré un léger appui sur les lombaires. En outre, la hauteur de selle de seulement 735 mm et la finesse étonnante de la 883 permettent aux petits gabarits de s’y sentir à leur aise. Cette compacité en fait aussi une reine des villes et de la circulation. Grâce à la taille de son guidon, se faufiler entre les voitures est une promenade de santé.

En détaillant la 883, on remarque immédiatement que le moindre détail présente une finition absolument irréprochable. La robe noire de la 883 Iron lui va à merveille, et lui donne une allure furtive très réussie. La peinture noir mat et le traitement noir du moteur font encore plus ressortir les seuls chromes qui habillent ce Sportster : les échappements, les fourreaux de tiges de culbuteurs et le haut de la fourche. La jante avant de 19 pouces, noire en aluminium, est magnifique avec ses 13 bâtons polis sur l’extérieur.

L’équipement d’apparence basique réserve tout de même de bonnes surprises. Le compteur ultra simpliste ne possède ni compte-tours, ni jauge à essence, mais son style dépouillé colle à merveille avec l’esprit de la 883 Iron. Le klaxon puissant et les warnings permettent d’être vu et entendu. Ses clignotants à LED, quant à eux, sont tout simplement les plus sophistiqués de la production moto : malins, ils s’éteignent tout seuls après avoir tourné grâce au T.S.S.M. (Turn Signal Security Modul) commun à toute la gamme Harley. Ce boîtier électronique gère les clignotants, l’anti-démarrage et l’alarme. Doté d’un capteur d’inclinaison et de remise des gaz, il coupe le clignotant automatiquement après que l’on ait tourné, redressé la moto et ré accéléré. Bien sûr, dans le cas d’un dépassement sur route durant lequel on ne prend pas d’angle et où l’on reste gaz ouverts, il faudra éteindre les clignotants manuellement. Mais pour les étourdis, ils se couperont tout seuls au bout de 30 clignotements. Ce système inédit et très perfectionné demande un petit temps d’adaptation, mais s’avère bien pratique à l’usage.

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.