Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | May 24, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Ford Focus ST

Ford Focus ST
admin

Brrrrôôôôaaappp !!!

Pour son plus grand bénéfice, la Focus a été restylée cette année. C’est le moment qu’Axess a choisi pour faire enfin venir la version sport : la ST.

Jusqu’alors, la représentation des “hot hatch” (les compacts survitaminées) vendues neuves à Maurice se résumait à l’unique Renault Megane RS, la Mini Cooper S appartenant à la catégorie inférieure. Mais la Renault est depuis peu beaucoup moins seule. Avec le renouvellement de la Focus et son joli facelift, Ford en a profité pour commencer l’importation d’une version pimentée :

la Focus Sport Technologies, plus communément appelée Focus ST.

DSC_5175

Depuis la disparition de la RS et en attendant son retour prochain, la ST avait assumé le rôle de voiture la plus sportive de la marque, muscle cars mises à part. Un facelift plus tard, la ST revient encore plus affûtée, prête à procurer à son pilote des sensations et un plaisir de conduite presque addictif.

Le restylage de cette Focus lui a été plus que bénéfique. Si la ligne reste identique, certains détails pas forcément heureux ont été revus. La plus évidente évolution concerne la forme des phares à l’avant, comme à l’arrière. Pour l’avant ils sont plus fins avec des lignes plus tendues, pour plus d’agressivité et à l’arrière ils ont été réduits, la partie basse des anciens ayant simplement été coupée. Le capot voit ces reliefs accentués, la grille supérieure de calandre en nid d’abeilles s’affine et les ouïes latérales accueillent des antibrouillards de forme rectangulaire. Enfin, la partie inférieure de la face avant révèle un dessin plus incisif. A l’arrière on retrouve la très belle sortie d’échappement centrale “deux en un” au dessin très moderne et à la finition de qualité. J’entends par là qu’il ne s’agit pas d’une fausse sortie purement esthétique, comme c’est le cas pour de nombreuses concurrentes qui font maintenant passer le design avant la réalité mécanique, mais bien de la ligne d’échappement. D’ailleurs, cette ligne joue un rôle prépondérant dans le plaisir que procure cette ST, mais nous y reviendrons.

Ford a bien fait les choses avec cette ST. L’esprit sportif qu’elle dégage est évident. Son aileron, ses grosses jantes de 18 pouces, sa calandre béante et le petit “ST” rouge qui l’habille et que l’on retrouve aussi sur le hayon, n’y sont pas étrangers. Pourtant, dans cette couleur noire, elle sait aussi cacher son jeu auprès de ceux qui n’y entendent pas grand-chose en matière d’automobile.

On est bien dans une Focus. Ergonomie et finition sont soignées.

On est bien dans une Focus. Ergonomie et finition sont soignées.

A l’intérieur, on retrouve l’univers typique Ford et un aménagement qui fait la part belle à l’ergonomie et au plaisir de conduite. Par rapport à l’ancienne Focus, l’apparition du système multimédia SYNC 2 a permis à Ford d’améliorer considérablement l’expérience du conducteur et de son copilote (pas passager, rappelez-vous que nous sommes dans une ST…) en centralisant toutes les fonctions sur un écran tactile de 8 pouces en lieu et place des dizaines de boutons et du vraiment petit écran du SYNC 1. Chapeau pour l’ergonomie ! D’autant que la position de conduite profite d’un triangle “assise-pédalier-volant” idéal quelle que soit votre taille. Pour ne rien gâcher, le pommeau de vitesse tombe idéalement sous la main. Une position qui doit, bien sûr, à l’amplitude de réglage du volant, mais surtout, à la première chose que vous remarquez lorsque vous ouvrez la porte de la ST : de splendides sièges baquets Recaro.

Rares sont les fauteuils de série qui maintiennent autant. En outre, la position de conduite est parfaite.

Rares sont les fauteuils de série qui maintiennent autant. En outre, la position de conduite est parfaite.

Référence incontestée en la matière, l’équipementier allemand a dessiné ces sièges mélangeant cuir et tissus. Rares sont les voitures de séries équipées de sièges aussi englobants. Les coussins latéraux sont épais et le dossier remonte derrière vos épaules pour les maintenir aussi. Ainsi installé, le conducteur est en mesure d’utiliser la pleine capacité du châssis sans avoir à se cramponner au volant pour rester en place. Un seul bémol cependant, leur niveau de maintien à un petit défaut puisqu’il ne conviendra pas forcément aux personnes de forte carrure qui se sentiront peut-être un peu à l’étroit. D’autre part, étant beaucoup plus épais que les sièges d’une Focus standard, les baquets Recaro mangent aussi un peu sur la longueur aux jambes à l’arrière. Malgré tout, la Focus ST peut accueillir aisément 4 passagers dans un confort tout à fait satisfaisant. Pour le cinquième, il faudra composer avec une place centrale un peu surélevée et un espace aux jambes très restreint. Un détail sans importance, car qui achèterait une Focus ST pour ses qualités de familiale ? Encore que dans sa catégorie elle offre sûrement ce qui se fait de mieux en la matière.

A cause des sièges Recaro, la longueur aux jambes est en diminution.

A cause des sièges Recaro, la longueur aux jambes est en diminution.d

En terme d’équipements, la ST reçoit tout ce qu’il faut avec un système multimédia ultra complet. Mention particulière à l’aide au démarrage en côte et surtout un excellent Stop & Start qui aide à limiter la consommation en ville.

Assez parlé, il est temps de mettre le contact ! Pas de clef mais un bouton Start & Stop. Le 4 cylindre 2.0 turbo prend vie et se cale sur un ralenti qui émet un son grave et plein. Ça commence bien ! L’embrayage s’enfonce sans trop d’effort pour une sportive et la première passe, demandant un peu de fermeté dans le poignet. En passant du frein à l’accélérateur, on se rend compte que ce dernier est légèrement plus avancé et surtout que les deux pédales sont assez espacées. Du coup, le talon-pointe s’en trouve grandement compliqué, même si je suis sûr qu’un habitué saura trouver la solution. La première accélération dévoilera la santé du 2.0 Ecoboost. Mise à mal par les 366 Nm de couple disponible dès 2000 tr/min, la motricité aura besoin de votre aide pour ne pas faire partir les pneus en fumée. Soyez doux au démarrage et lors du passage au deuxième rapport et tout se passera bien. Il ne vous faudra alors que 6,5 secondes pour atteindre les 100 km/h. La précision de la boîte permet de passer les rapports les yeux fermés dans un temps record, aussi bien à la montée qu’à la descente. La sonorité du 4 cylindres est sympathique, mais c’est bien la ligne d’échappement qui fait le travail pour donner de la voix à la ST. Rauque et caverneux en bas, le son s’intensifie et s’amplifie à mesure que l’aiguille du compte-tours grimpe vers la zone rouge dans un grondement de plus en plus fort. Un vrai plaisir ! D’autant que le son étant amplifié dans l’habitacle, vous en profitez doublement. On pourrait se dire qu’à la longue cela peut devenir fatigant. Mais non ! Puisque si vous roulez de manière “civilisée”, la ST se fera sage et discrète. Du moins en terme de son. Car pour ce qui est du comportement mettez-vous bien dans la tête que c’est sportif ! La suspension est ferme mais reste acceptable au quotidien. La direction offre une précision et une rapidité bluffante en dessous de 130 km/h. Dans les petits enchaînements la ST est la reine. Son train avant vif et planté dans le sol suit le moindre mouvement que vous effectuez au volant. Le braquage de butée à butée ne demandant même pas un tour de volant complet, vous comprendrez aisément à quel point la ST offre un comportement vif et amusant. Par contre cela se traduit aussi par un angle de braquage réduit qui complique un peu les manœuvres. La ST colle à la route grâce à d’excellents pneus, mais surtout à un châssis équilibré et très rigide. Cela dit le couple du moteur lors des accélérations vous obligera à bien tenir le volant pour ne pas dévier malgré un système censé absorber le couple de renversement qui limite mais n’efface pas le phénomène.

D’un point de vue purement sportif, le freinage de la ST est sa petite faiblesse. S’il remplit son rôle parfaitement sur la route quel que soit votre type de conduite, sur circuit il semble manquer d’endurance.

DSC_8077

Avec 366 Nm dès 2000 tr/min et 252 ch à 5500 tr/min, le 2.0 Ecoboost est plein partout. Il peut aussi bien être conduit sur le couple en restant en dessous de 4000 tr/min vous faisant alors profiter de sa force brute, ou alors aller titiller la zone rouge en profitant de sa puissance à haut régime et de sa nervosité. Ma préférence va pour le couple car la sensation d’accélération qui vous colle au fond du siège est plus intense. Et puis en terme d’efficacité, pas la peine de pousser au rupteur, l’accélération se faisant moins forte un fois les 5500 tr/min dépassés. Au quotidien vous profiterez d’un moteur d’une rare souplesse capable de reprendre en troisième à moins de 30 km/h.

Pour qui cherche une voiture plaisir pour un budget qui reste raisonnable, la Focus ST est ce qui se fait de mieux sur le marché. Elle offre des performances ébouriffantes mais sait quand même rester abordable au quotidien.

  

Plus :

Moteur brillant

Equipement généreux

Plaisir de conduite au top

 

Moins :

Rien qui vaille le coup d’être mentionné !

Submit a Comment

Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (19)