Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

La conduire est une fête

La conduire est une fête
admin
  • On September 11, 2013

La citadine la plus vendue dans le monde en 2012 se refait une beauté avec une face avant revue et des optiques redessinées.

 

Est-il vraiment nécessaire de présenter la Ford Fiesta ? Pour rappel, la petite citadine américaine lancée en 1976 en est à sa sixième génération. La Ford Fiesta MkVI profite de son restylage de milieu de carrière. Comme c’est dorénavant la coutume.

Les quatre modifications : bouclier avant, calandre, capot et optiques semblent minimes et pourtant la différence est évidente lorsqu’on place la Phase I et la Phase II côte à côte.

C’est l’arrière qui change le moins. Seuls les feux reçoivent une nouvelle finition intérieure. Ils voient l’apparition d’un cerclage chromé du feu principal. Ce qui leur donne plus de présence.

Pour l’avant, les modifications sont beaucoup plus importantes. Ça commence par l’apparition d’une vraie calandre chromée surdimensionnée dont la forme rappelle sans équivoque celle des Aston Martin. Le logo Ford n’est plus au milieu d’une micro calandre comme c’était le cas précédemment, mais surplombe la nouvelle calandre béante.

Le bas du bouclier conserve des antibrouillards, qui sont maintenant intégrés dans une partie en plastique noir.

Les phares évoluent aussi en adoptant un dessin plus effilé, mais moins pointu dans leur partie basse.

Enfin, le capot adopte un léger bossage en son milieu.

Dans son ensemble, cette face avant est moins dynamique que l’ancienne, mais beaucoup plus classe. Elle est aussi plus statutaire, faisant paraître la Fiesta plus grosse que ce qu’elle n’est en réalité.

A l’intérieur, les changements sont encore moins notables. En fait, la seule différence est constituée par l’adoption d’un éclairage bleuté des écrans digitaux précédemment de couleur orange.

Cette petite citadine bénéficie d’un intérieur lumineux et spacieux même si l’espace aux jambes à l’arrière n’en fait pas une référence. On retrouve une ambiance moderne inspiré du “Kinetic Design” cher à la marque. A savoir un mélange de fluidité et de lignes tendues évoquant le mouvement. Le prix de l’originalité revient à l’instrumentation et ses deux blocs compteur à la forme indéfinissable. Les quelques touches d’aluminium sur le volant et les poignées de porte ajoutent à la modernité de l’ensemble.

Comme toute Ford qui se respecte, la finition est bonne. Plutôt rare dans cette catégorie, la planche de bord est recouverte de plastique moussé, tout comme la casquette au dessus des compteurs.

Les aspects pratiques sont corrects avec une mention particulière aux très grands bacs de portes.

Par contre, dans cette finition intermédiaire, l’équipement présente quelques lacunes, surtout face à ses concurrentes coréennes. On regrette spécialement l’absence d’indicateur de consommation. La base est toutefois là avec un ABS, un double airbag avec airbag passager déconnectable, des vitres et rétroviseurs électriques, des jantes alliage et la climatisation.

Rien d’extraordinaire, mais la force de la Fiesta est ailleurs : sur la route !

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.