Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

L’asymétrie a du bon

L’asymétrie a du bon
admin
  • On September 11, 2013

La première chose à laquelle on pense quand on parle de Hyundai n’est pas vraiment l’originalité de ses modèles. Grâce au Veloster, cela va changer !

 

Il avait créé l’évènement lors de sa présentation en janvier 2011 au Salon de Détroit. A l’époque, le Hyundai Coupé prenait sa retraite (en 2008) en laissant le rôle de coupé à la seule Genesis bien plus grosse et haut de gamme. Il était donc nécessaire de créer un véhicule capable de reprendre la place de “coupé abordable” laissée vacante. Après avoir planché pendant 3 ans, les concepteurs se sont mis d’accord sur une formule jusqu’alors inédite pour un modèle de grande série. Le prochain Hyundai Coupé serait un véhicule asymétrique : coupé du côté conducteur avec une seule portière, le côté passager adopterait deux portières pour faciliter l’accès aux places arrière. Le succès rencontré lors de sa présentation finit de convaincre les décideurs de la marque de lancer le véhicule.

Et il faut bien avouer que ce Veloster a du style. A mi-chemin entre un pur coupé et une compacte trois portes, ses lignes aussi fluides qu’agressives ne ressemblent à rien de connu jusqu’alors. Si le gabarit et les proportions générales rappellent légèrement la Megane Coupé, son style flamboyant rompt radicalement avec les lignes sobres de la compacte française.

Impossible de ne pas remarquer cette calandre agressive qui donne la sensation de vouloir avaler la route. Dans la circulation, le Veloster profite d’un impact visuel que peu de voiture de ce prix peuvent se vanter d’avoir. Il n’y a qu’à voir les véhicules se ranger promptement dès qu’ils aperçoivent cette bouche béante et ce regard menaçant dans leur rétroviseur. Un regard perçant avec des phares qui remontent loin au dessus des roues avant. L’intérieur des optiques, très travaillé, est une succession de courbes soulignées par la lame de LED en forme de vague.

Le profil révèle une ceinture de caisse assez haute qui remonte en pointe au niveau des fenêtres arrière et une surface vitrée réduite. Si on n’est pas prévenu, difficile de noter une différence entre les deux côtés. Hyundai a très bien dissimulé la porte arrière, la poignée étant intégrée dans le prolongement de la fenêtre. Le subterfuge n’est vraiment visible que lorsque les deux portes avant sont ouvertes et que vous regardez la voiture de face. On remarque alors aisément la différence de taille entre les deux portières. Les ailes surdimensionnées ajoutent au caractère agressif du Veloster.

L’arrière est aussi impressionnant que le reste. L’énorme bouclier remonte très haut ne laissant qu’un tout petit espace entre lui et la chute du toit pour un hayon minimaliste. Ce dernier présente d’ailleurs un dessin très travaillé afin d’intégrer au mieux les feux à LED en amande qui débordent, eux aussi largement, sur le profil du Veloster. Dans sa partie basse, le bouclier intègre une double sortie d’échappement rectangulaire dans une sorte de simili diffuseur.

Enfin, le toit entièrement noir, pièce importante de la réussite visuelle de ce coupé, intègre le toit ouvrant et la lunette arrière en deux parties (un peu à la manière d’une Prius).

L’habitacle du Veloster se devait d’être aussi innovant que l’extérieur. Ce n’est pas le cas, mais les designers ont quand même fait un gros effort pour le différencier du reste de la gamme. Le style est moderne avec un mélange de plastiques noirs et d’inserts façon aluminium. Étonnamment, toutes les lignes de la planche de bord semblent converger vers un centre de gravité constitué par le bouton de démarrage. L’instrumentation est constituée de deux gros cylindres intégrant un affichage retro éclairé très lisible et de deux écrans digitaux dans la partie centrale. Les commandes de la climatisation et de la radio entourent un grand écran couleur tactile. Pour le côté sportif, le pédalier est en aluminium incrusté de caoutchouc pour éviter votre pied de glisser. Globalement, la finition est bonne avec un plastique moussé qui recouvre la planche de bord. Les assemblages sont aussi de bonne facture.

Les sièges en cuir à réglage électrique pour l’assise reçoivent en incrustation le logo Veloster. Leur forme englobante et leur largeur conséquente induisent un confort tout à fait satisfaisant même si leur maintien aurait pu être meilleur.

A l’arrière, seuls deux passagers pourront prendre place, mais l’espace aux jambes est étonnant pour un coupé. Par contre, les plus grand seront gênés par une garde au toit limitée.

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.