Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Le Cross-coupé

Le Cross-coupé
admin
  • On August 23, 2013

Marque “fashion” par excellence, Mini enrichit encore sa gamme avec un nouveau concept.

A notre connaissance, jamais dans l’histoire automobile un modèle n’est devenu une marque à part entière. A l’origine, la Mini était un modèle des marques Morris et Austin. C’est en rachetant le Groupe Rover (Rover, Land Rover, MG, Austin et Morris) en 1994 que BMW se retrouve propriétaire de l’appellation Mini. Les pertes s’accumulant, le constructeur allemand décide de se débarrasser des marques en pertes de vitesse mais conserve les droits de Mini. Ce ne sera qu’en 2001 que BMW relancera la production d’une nouvelle Mini sous la marque Mini. Le succès est immédiat et ne faiblit pas depuis.

Après la nouvelle interprétation de la Mini, nous avons eu droit à ses déclinaisons Cabriolet, Clubman, Coupé et Roadster, ainsi qu’à l’apparition d’un modèle entièrement nouveau, le Countryman. C’est ce dernier qui a servi de base à la nouveauté 2013 : le Paceman.

 

Le look :

Le Paceman n’est rien d’autre qu’une version coupé trois portes du petit SUV Countryman. Ce n’est pas la face avant, identique en touts points, qui nous dira le contraire. La seule différence notable concerne le modèle Cooper, dont la grille ne compte que deux lames verticales alors que celle du Countryman en compte trois ; probablement afin de doter le Paceman d’un look un peu plus sportif dans sa version “standard”. Sinon, on retrouve les optiques spécifiques du Countryman, plus imposantes et plus travaillées que celles d’une Mini hatchback, mais qui abandonnent la forme toute ronde chère à Mini.

L’avant mis à part, la Paceman est un véhicule entièrement différent. De profil, on remarque immédiatement la hauteur réduite (43 mm de moins). Le Paceman se prive en effet des barres de toit et du bossage qui va avec. Les portes arrière disparaissent évidement au profit de portières avant plus longues. La plateforme étant évidement la même, la longueur et la largeur sont identiques, à savoir 4,10 mètres de long et 1,99 mètre de large et on retrouve le même empatement de 2,59 mètres.

La spécificité principale du Paceman est son pavillon incliné vers l’arrière qui lui donne son allure de coupé. A la façon d’un Rang Rover Evoque, le Paceman présente une ceinture de caisse qui remonte et un toit qui descend, le tout créant un arrière massif avec une surface vitrée réduite pour plus d’agressivité.

Enfin, l’arrière, qui présente un style propre sans aucun rapport avec le Countryman, accueille, pour la première fois de l’histoire de Mini, des feux horizontaux. Ces gros blocs rouges toujours cerclés de chrome, débordent légèrement sur les ailes où ils se terminent en pointe. Une observation rapprochée révèle un dessin intérieur plus travaillé qu’il n’y paraît, avec par exemple un logo Mini en plein milieu du rond central. D’autre part, là aussi pour la première fois de l’histoire de la marque,  le nom du modèle est apposé en grosses lettres chromées sur la largeur du hayon sous le sigle Mini qui dissimule la poignée du coffre.

 

L’habitacle :

A l’intérieur, les changements sont moins nombreux et on retrouve la même planche de bord que dans le Countryman. Tant mieux pour le style car elle est magnifique, mais tant pis pour l’ergonomie farfelue qui va avec. Encore que sur ce dernier point, les concepteurs ont effectués quelques modifications en vue d’améliorer la donne. Les boutons des lève-vitre quittent donc la partie centrale pour se retrouver, beaucoup plus intelligemment, au niveau des portières.

On adore l’énorme compteur central surtout, comme c’est le cas ici, lorsqu’il accueille l’autoradio Mini Visual Boost et son écran couleur de 6,5” sur lequel vous dirigez, grâce à une molette plutôt originale placée devant le frein à main, l’interface multimédia de votre Paceman. Dans cette configuration, le tachymètre se cantonne à l’extérieur de l’énorme cadran et la vitesse y devient moins lisible pour le conducteur. Ce qui n’est pas un problème en soit, puisque le compte tours derrière le volant affiche lui aussi la vitesse, mais de manière digitale.

La finition chez Mini reste un mystère. Le style et les assemblages sont absolument irréprochables, mais on ne comprend toujours pas pourquoi les plastiques utilisés ne sont pas de plus belle facture. Certes il n’appellent aucune critique quant à leur solidité, mais serait-ce trop demander d’ajouter un peu plus de plastiques moussés histoire de rendre le toucher aussi agréable que le visuel ? Ce n’est pourtant pas le savoir-faire en la matière qui fait défaut, BMW étant une référence dans ce domaine.

Contrairement au Countryman, le Paceman n’est disponible qu’en 4 places. Cette configuration lui permet de proposer de série le système de rail central capable de recevoir différents objets interchangeables qui vous rendront la vie plus facile comme des porte-gobelets, une boîte à lunettes, un support pour téléphone, etc.

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.