Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Pour suivre la mode…

Pour suivre la mode…
admin
  • On October 9, 2013

Une version crossover de la nouvelle Clio a vu le jour. Visuellement un peu plus haute et un peu plus grosse, elle mélange les caractéristiques du Scénic, du Koleos et bien sûr de la Clio.

La mode est une chose étonnante. Avec ce que l’on voit ces derniers temps, elle se caractérise par une nécessité absolue de se démarquer tout en faisant exactement la même chose que le voisin. Le secteur automobile en est le parfait exemple. Il suffit qu’un constructeur présente une nouveauté, qu’elle soit esthétique ou conceptuelle et que cette dernière rencontre le succès, pour que tous les concurrents se jettent à corps perdu dans la réalisation d’un modèle similaire. En définitive, la mode, c’est copier le voisin à condition que la voix du plus grand nombre ait décidé que ce qu’il faisait était bien. Il ne s’agit en aucun cas d’une tâche artistique, mais bien au contraire d’une démarche purement mercantile dictée par les lois du marketing.
Ceci étant dit, vous comprenez mieux pourquoi toutes les “fashion victims” ont l’air de clones sortis du même moule et que tous les constructeurs se livrent une bataille sans merci pour dévoiler tour à tour leur vision du petit crossover urbain. Après quelques modèles premium allemands, c’est le Nissan Juke qui avait démocratisé ce nouveau segment et révélé au monde automobile les possibilités de ce marché en devenir. Il n’en fallait pas plus pour voir apparaître une ribambelle de véhicules de ce type et ce n’est pas fini. D’ici un an ou deux, toutes les citadines de la production mondiale possèderont une déclinaison haute sur pattes.
Le Renault Captur est donc une Clio surélevée et gonflée à l’hélium. On pourrait s’arrêter là, tout ayant été dit, mais il faut reconnaître qu’après avoir essayé le Captur, c’est plutôt l’existence de la Clio (et des citadines en général) qui pourrait être menacée. Un peu comme les fourrures animales dans l’industrie du prêt à porter une fois que les fourrures artificielles se sont imposées, portées par la voix des protecteurs du monde animal (dont nous faisons partie bien évidemment…). Aucun lien entre une Clio et de la fourrure, mais un constat que même les références peuvent un jour être bousculées par un changement des comportements.
Pourquoi l’existence des citadines (ou sub-compactes) serait-elle menacée ? Tout simplement parce que l’agrément procuré par leur version surélevée est sans commune mesure bien meilleur !
Le style du Captur diffère quand même beaucoup de celui de la Clio. Les pièces communes en ce qui concerne l’extérieur se résument d’ailleurs aux rétroviseurs et au désormais énorme logo Renault qui trône fièrement à la “pointe” du véhicule tel une figure de proue. Comme la Clio, le Captur profite d’un programme de personnalisation avec un choix de stickers de carrosserie, mais aussi avec l’option bi-ton qui vous permet de choisir entre 9 teintes de carrosserie et 3 teintes de toit.
Avec 4,12 mètres de long, le Captur gagne 6 cm sur la Clio. En outre, il la dépasse en hauteur de 12 bons centimètres. Des augmentations qui se traduisent évidemment par une habitabilité en hausse. Surtout à l’arrière où les passagers peuvent prendre place assez confortablement grâce à une longueur aux jambes plus généreuse. De plus, avec la hauteur sous plafond majorée, on a définitivement l’impression de voyager à bord d’un véhicule du segment supérieur.
Pourtant, extérieurement les 6 cm de longueur en plus ne changent rien à la facilité que procure une citadine lorsque les conditions de circulation demandent de la maniabilité et un gabarit compact. Le Captur se faufile et se gare avec une facilité déconcertante, peut-être même encore plus que la Clio puisque la visibilité périphérique y est légèrement meilleure et surtout parce qu’il bénéficie d’une caméra et de radars de recul. La position de conduite surélevée est un autre avantage lorsqu’il s’agit de manœuvrer ou tout simplement pour dominer la circulation, chose toujours très appréciable.
L’habitacle du Captur propose aussi un mélange des genres. On y retrouve certains aménagements de la Clio et même si les détails sont différents, le style général reste similaire. Ce nouveau dessin apporte d’ailleurs un peu d’originalité à l’ensemble. On apprécie toujours la disparition des boutons, avantageusement remplacés par l’écran tactile qui libère donc beaucoup de place et allège la planche de bord. Comme dans la Clio les plastiques sont durs, mais la console du Captur dégage une impression de qualité supplémentaire liée à la vocation même de l’engin. En effet, pour un véhicule à vocation de loisirs, on est plus enclin à accepter un habitacle moins cossu, taillé pour résister au temps et aux agressions du quotidien. A cet effet, les sièges reçoivent des parties de housses zippées démontables, lavables et interchangeables. Marre de votre sellerie noire, allez jeter un œil dans le catalogue et commandez vous la version bleue turquoise, ou orange, ou n’importe quelle autre couleur qui vous plait. La sellerie brille d’ailleurs par son confort. On s’y sent vraiment bien et le moelleux des sièges participe à la filtration des vibrations et des secousses que les suspensions n’auraient pas réussi à atténuer. Des suspensions qui font d’ailleurs très bien leur travail préservant le confort des passagers même sur les revêtements les plus mauvais.
Le mélange des genres se révèle surtout au travers de la présence importante d’espaces de rangement et d’une modularité bien supérieure à celle de la Clio. Ainsi, la banquette arrière peut être rabattue pour obtenir un vaste volume de chargement et un plancher plat. La malle, d’un bon volume (de 377 à 1235 litres), dispose en outre d’une tablette amovible qui dissimule un espace dans lequel vous pourrez ranger ce qui traîne habituellement dans le coffre. Sur ce point, le Captur hérite de son grand frère le Scénic.
Enfin l’équipement du Captur n’oublie rien et dispose d’absolument tout le confort moderne et plus encore. Si on retrouve les indispensables phares et essuie-glace automatiques, le bluetooth, la climatisation automatique et les commandes au volant (sous le volant en fait), le Captur fait encore plus fort avec un régulateur/limiteur de vitesse, une caméra de recul, un système d’ouverture/fermeture ET de démarrage sans clé, une aide au démarrage en côte, un stop & start et un grand écran couleur tactile. Dans ce segment et à ce tarif, rares sont ceux qui peuvent soutenir la comparaison.

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.