Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Motormag | October 20, 2018

Scroll to top

Top

No Comments

Sprinter en bottes

Sprinter en bottes
admin
  • On September 11, 2013

Après l’Evoque et le Range Rover, c’est au tour du Range Rover Sport de profiter du renouveau de la gamme “Range”. 

 

L’Evoque avait ouvert la voie d’une nouvelle gamme de Range Rover (branche luxe de Land Rover). Fort du succès incroyable de ce SUV compact devenu objet de mode et de convoitise dans le monde entier, Land Rover en avait repris certains codes esthétiques comme la forme des optiques pour créer le nouveau Range.

Evidemment, le prochain Range Rover Sport allait profiter lui aussi de cette nouvelle identité. Gerry McGovern, le directeur du design chez Land Rover et son équipe nous ont ainsi livré un Range Rover Sport à mi-chemin entre un Range Rover et un Evoque. Il évoque autant son grand frère par son allure générale que son petit frère par ses détails stylistiques.

On découvre ainsi un RRS dont la ceinture de caisse est inclinée un peu moins que celle de l’Evoque, mais plus que celle du RR. Comme sur l’Evoque, le toit descend vers la lunette arrière. Les volumes et les dimensions sont très proches du RR. Evidemment, la taille des phares se situe juste entre les deux. Ceci dit, les phares arrière semblent un peu trop petit compte tenu de la taille plus que conséquente de la poupe. Tout comme les deux petites sorties d’échappement, identiques que vous rouliez en diesel ou en V8 Supercharged. Le RRS reprend des boucliers en plastique noir ainsi que des prises d’air sur le capot comme l’Evoque. Seul détail issu de l’ancien RRS, les prises d’air latérales réinterprétées qui sont là pour rendre hommage au véritable aïeul de ce nouveau “Range”. Un hommage très discret pour celui qui s’est vendu à plus de 415.000 unités entre 2005 et 2013.

Globalement, le nouveau RRS est imposant et donne une impression de dynamisme absente du RR et beaucoup plus évidente qu’avec l’ancien RRS. Ce dernier prend d’ailleurs un coup de vieux terrible quand on le place à côté du nouveau.

Comme il profite de la même plate-forme que son grand frère, le RRS grossit par rapport à l’ancien :

62 mm de plus en longueur et 55 de plus en largeur. Il reste toutefois moins gros que le RR avec 149 mm de moins en longueur et 55 mm de moins en hauteur.

Les dimensions en hausse se traduisent par un habitacle beaucoup plus spacieux. L’espace ne manque pas dans le nouveau RRS. Excepté peut-être en ce qui concerne la longueur aux jambes des passagers arrière. Non pas qu’on manque de place, mais on attend un peu plus d’un véhicule de cette taille. Toujours est-il que la longueur aux jambes a été augmentée de 24 mm par rapport à l’ancien.

Lorsqu’on pénètre dans l’habitacle on retrouve avec plaisir la même ambiance que dans le nouveau RR. Si l’ancien Range Sport reprenait un habitacle similaire à celui du Discovery, le nouveau passe dans une autre dimension en reprenant la planche de bord et les sièges du grand frère, sa majesté Range Rover. Du coup, le luxe, le style, la finition et le confort font un bond en avant.

Dans sa finition Autobiography, le RRS s’impose comme une véritable limousine. Le luxe et le charme anglais sont habilement associés à une rigueur et un sérieux très germanique. Toutefois, même dans des finitions moins haut de gamme, le résultat est vraiment réussi.

Impossible de ne pas parler des fauteuils déjà vus dans le RR. Les très nombreux réglages permettent d’obtenir une position de conduite absolument parfaite quel que soit votre gabarit. Leur forme, leur mousse et leur cuir procurent un confort incomparable. On se sent comme dans un cocon enveloppant et moelleux.

Au niveau de l’équipement, le RRS s’est mis à l’heure allemande. En plus des différentes finitions proposées (S, HSE, Autobiography) de très nombreuses options plus ou moins onéreuses sont disponibles. En outre, les possibilités de personnalisations techniques et esthétiques qui s’offrent à vous sont quasiment illimitées. Il y a fort à parier qu’il n’y aura pas deux RRS identiques sur les routes.

L’habitacle du RRS se différencie du RR par l’adoption du même sélecteur de boîte que la très sportive Jaguar F-Type. Il laisse donc la molette rotative pour un levier conventionnel mieux adapté à l’esprit sportif du RRS.

La grande nouveauté se situe dans le coffre avec la possibilité d’opter pour deux places supplémentaires. L’option 7 places consiste en deux “secret seats” qui s’escamotent électriquement dans le plancher du coffre. Pratique pour les familles, mais il ne faudra pas être trop grand pour s’y installer.

Submit a Comment

Object moved

Object moved to here.